samedi 22 octobre 2011

Le Portail sous les étoiles (Session 1 du 21/10/2011)

Je m’appelle Gomez… je suis du hameau de la Tour où j’exerçais ma formation d’apprenti joaillier. 
Je sais que je n’ai plus que quelques minutes à vivre encore… Le Serpent-Démon me cherche et arrivera bientôt à enfoncer les portes de la petite salle dans laquelle je me suis barricadé… J’ai été gravement blessé et je manque de force, et les quelques brandons à moitié calcinés que j’ai pu récupérer vont bientôt s’éteindre.
J’écris donc mon histoire avec mon propre sang sur les murs de la salle…

Nous étions 16 jeunes du Hameau à avoir réussi à pénétrer dans ce complexe… Un vieil homme arrivant au crépuscule de sa vie nous avait indiqué comment, à la faveur d’une configuration astrale favorable, il était possible de trouver les portes cachées pénétrant dans un mystérieux endroit qui recélait d’infinies richesses. La soif d’aventure pour certains, l’attrait des richesses pour d’autres, nous avaient décidé à aller voir…

Nous étions jeunes et insensés ! Plusieurs d’entre nous ont été fauchés en pleine jeunesse : Mon ami surnommé « La Chose », fossoyeur du hameau, un brave gars taciturne mais loyal, d’une force herculéenne… Asine la magnifique, elfe d’une incomparable beauté, avide de bijoux et pierreries… Pickwi, la gitane halfeline diseuse de bonne aventure (avait elle su ce qui l’attendait ?)... Loustic, un de ces gamins des rues, orphelin qui rêvait d’un avenir meilleur…

Heureusement les autres s’en sont sortis : Ma chère Hermione, si fragile, si pure, que j’ai pu protéger jusqu’à la fin… Morticia, notre shamane dont les conseils étaient souvent avisés... Iogana, petite halfeline courageuse, guérisseuse à ses heures, le dernier visage que j’aurai vu…Tori-ne, forgeron nain, sage et courageux… Boris Guntar, charpentier de son état, inséparable compagnon du nain… Lufy, l’érudit elf, dont les connaissances nous ont été si précieuses… Pinpin, pauvre garçon malmené par la vie, si habile à la fronde… Braban, Croc, Scaban, Hulric, toujours prompts à la bagarre mais décidés et courageux…
Mes amis, je ne saurai jamais si le destin vous sourira désormais, mais mes prières vous accompagnent ! Que le sacrifice de ceux qui sont mort ici ne soit pas vain…

Tout avait donc commencé quand nous étions sortis de chez le vieillard. Morticia avait pris les devant car elle connaissait bien l’endroit et la nuit était claire… Habituée à contempler le ciel, elle avait remarqué que des phénomènes inhabituellement lumineux se déroulaient dans le firmament. ! Nous nous retrouvâmes devant une antique arche de pierre… les rayons du ciel semblaient indiquer de passer dessous, je pris donc les devant toujours soucieux d’éviter que quelqu’un puisse être blessé… et stupéfait je découvris qu’au fur et à mesure que la lumière astrale s’étendait, un couloir apparaissait comme surgi de la nuit !
Au bout du couloir, une porte en bois avec de lourdes ferrures parsemée de nombreux cristaux… aucune serrure ! Le maître nain compris le premier que seule la lumière des astres parviendrait à déclencher l’ouverture... ce qui advint effectivement.  C’est aussi  le bon sens de Tori-ne qui nous fit comprendre que sans torche, les humains auraient bien du mal à progresser. « La chose » et Pinpin retournèrent chercher de quoi faire un brasier et éclairer un peu les lieux…

Nous entrâmes dans un petit vestibule avec une seule porte à double battant qu’il fallait simplement pousser, mais encadrée de 4 statues métalliques de guerriers tenant des lances. Les dieux devaient nous guider car dès que les battants furent poussés, les 4 lances cherchèrent à nous transpercer ! Si « la chose » et moi eûmes la présence d’esprit de faire un pas de côté, Boris fut par contre sérieusement blessé. Iogana, faisant preuve de grande compétence dans le maniement des herbes parvint à le soigner.

La seconde salle s’avéra être plus spacieuse avec une porte à double battant de chaque côté et une statue de pierre de plusieurs mètres, excentrée, semblant regarder vers nous. Il s’agissait d’une représentation d’un farouche guerrier tendant une main vers l’avant. Le talent de l’artiste, à moins que ce ne fût quelque maléfice, l’ayant  doté d’un regard pénétrant. J’entrais le premier avec précaution, mais comme rien ne semblait se manifester, presque tous me rejoignirent. Hélas, succombant à sa curiosité insatiable, Iogana voulu pénétrer dans une autre pièce, ouvrant la porte à l’opposé de celle que nous venions d’emprunter…  Une chose effroyable se passa alors, imprévisible, terrifiante… un jet de flamme jaillit de la main de la statue à plusieurs reprises, embrasant plusieurs de mes compagnons ! C’est ainsi que périrent d’une mort atroce Picwic et Loustic. Mes compagnons courraient pour échapper à l’enfer du brasier quand je me résolu, aidé par mon fidèle ami « La chose », à renverser la statue ! Je criais un ordre bref qu’il compris aussitôt, et d’un effort surhumain, nous soulevâmes la gigantesque statue qui s’écrasa au sol en se brisant… Skaban fit un saut de côté pour éviter d’être écrasé, tandis que les autres étaient saufs !  Mais notre groupe s’était dispersé, chacun souhaitant protéger sa vie : Iogana et le nain étaient partis dans une salle où aucun cri, aucun appel ne nous alarma, pendant que Croc et Lufy partaient dans un autre couloir, alors je m’élançais avec « La Chose » dans une pièce où Hulric prétendait avoir vu des squelettes, mon instinct me dictant de me porter par là.
 

Dans une petite pièce se tenait un ossuaire qui prit vie quand nous y pénétrâmes. Je m’étais armé d’une lance récupéré auparavant, mais mon inexpérience à la manier couta la vie de mon ami : Je trébucha, éteignant la torche, plongeant la pièce dans le noir, et les mort-vivants eurent le dessus du fossoyeur qui pourtant parvenait jusque là aisément à balayer les ossements à grands coups de pelle… Il périt ici même ! Fatale erreur que je mérite de payer de ma vie… Je m’extirpai de la pièce, et mes compagnons sous la direction de Skaban décidèrent de charger les os vivants… Décidemment c’était un endroit funeste, car il y fut lui-même très gravement blessé, même si au final toutes les créatures furent dispersées. Des masques y furent ramassés, qui me mirent très mal à l’aise.


La salle dans laquelle L’halfeline et le nain étaient entrés comportait un immense bassin rempli d’eau dans lequel on voyait briller de nombreuses gemmes dans le fond. Iogana se hâta de plonger dans le bassin et parvint facilement à dessertir une pierre. Elle ressorti presque aussitôt pour prévenir le groupe de sa découverte. La ravissante Asine lui emboita le pas… Mais le nain avait repéré plusieurs créatures d’apparence cristalline qui se déplaçaient lentement autour du bassin. Evitant de trop bouger, il choisit d’attendre. Mais l’appât du gain fit se précipiter tous les survivants dès que les combats avec les squelettes prirent fin.

Pendant que les autres ramassaient les gemmes, je tentais de faire sortir de la pièce les créatures de cristal qui semblaient fortement attirées par la chaleur de la torche… Je leur confectionnais un petit foyer pour qu’elles se tiennent à l’écart, mais elles semblaient pacifiques. Je crû cependant discerner de la tristesse en elles !

Je rejoignis ensuite les autres pour recueillir le fruit de notre périlleux labeur. Quelques uns s’étaient lassés de ce travail ingrat et avaient commencé à emprunter un escalier qui descendait hors de la salle. C’est à ce moment qu’une nouvelle tragédie survint : Sans doute affaibli par les coups répétés pour dessertir les gemmes, le fond se mis à céder brusquement et s’écroula dans une salle inférieure ! Je parvins à faire un pas de côté pour éviter d’être entrainé, mais 3 d’entre nous partirent avec les gravats : Pinpin et Morticia furent blessés, mais la belle Asine ne survécut pas à la chute.


Vu de haut, le spectacle était incongru : une grande salle où devait se tenir des dizaines de statues de soldats d’argile était devenu un cloaque avec toute l’eau qui s’était répandue, le tout mélangé aux gravats divers… Seuls 6 « guerriers » semblaient avoir été épargnés. Au milieu, le corps sans vie de la belle elfe était un spectacle déchirant… Je choisis alors de sauter rejoindre les 2 autres, mais trop maladroitement et je m’étalais ce qui devait me faire perdre du temps. Les statues s’animèrent, ainsi qu’une autre représentant un guerrier de glaise assis sur un trône. Pinpin choisit de s’écarter le plus loin possible et sortant sa fronde tira sur la statue descendant du trône… un tir superbe qui endommagea sérieusement une des jambes ! Avec Morticia, nous nous rapprochâmes de ce dernier quand nos autres compagnons commençaient à envahir la pièce sortant de l’escalier. Le combat fût court, et la statue de celui qui s’avéra être le chef s’effondra, interrompant brusquement l’animation des autres guerriers d’argile.
Je me préoccupa alors de ce qui projetait une puissante lumière dans la pièce, un orbe magnifique. Je m’en saisis… il devait faire une petite fortune aux yeux de mages !

Pendant que nous nous reposions de nos efforts et de nos blessures, le nain et l’érudit Lufy fouillait les lieux à la recherche de quelque autre passage, lequel fût prestement découvert : Un couloir menant à une petite pièce remplie d’objets de plus ou moins grande valeur, mais au centre de laquelle un squelette assis devant une table étrangement creusée pour accueillir sans doute l’orbe, et près duquel un livre de magie en langage incompréhensible était posé. Sur la demande de mes compagnons je posais l’orbe sur l’emplacement… celui-ci changea de couleur, je l’enleva… il repris sa luminosité… alors je le reposa et attendis : Un « visage » non humain énigmatique et terriblement charismatique se mis à parler de telle façon que tous puissent l’entendre. J’avoue que dans ma stupeur je ne saurais en rapporter l’exacte teneur, mais je compris qu’une Entité ou une Divinité cherchait à restaurer son emprise sur ce lieu en proposant pouvoir et richesse à celui qui la servirait… Il fallait brûler du bois d'un arbre à dryade pour accéder à la connaissance d’un lieu mystérieux où un puissant artefact ne demandait qu’à être récupéré !...

Mais le temps avait passé et nous craignions d’être dans l’impossibilité de retourner chez nous si le passage se refermait  à l’aube. Nous repartîmes alors vers la sortie prenant tout ce que nous pouvions. J’insista fortement pour que nous ramenions le corps de nos camarades défunts, mais cela ne fut hélas pas possible pour les 2 brûlés qui achevèrent de se consumer enduits d’une substance huileuse.

Sitôt dehors, comme il restait encore un petit moment avant l’aube, Iogana, toujours curieuse et entreprenante, voulu retourner pour explorer le couloir que nous avions négligé. Je ne pouvais me résoudre à la laisser partir seule, aussi l’accompagnais je. Cela scella ma destinée ! Au bout du couloir, dans une petite salle un Serpent-démon du nom de Sissragrr, gardien des lieux, entrepris de nous attaquer. Malgré une chance insolente qui permit à l’halfeline de réussir à atteindre le monstre avec une flasque d’huile que j’enflammais avec la torche, je fus grièvement atteint. Cela laissa le temps à Iogana de fuir… quand je repris mes esprits je me mis à ramper vers l’endroit où j’écris ce récit…
 

J’entends les sifflements du monstre furieux se rapprocher… mais je suis sans peur et je meurs fier d’avoir accompli ma destinée !


Texte de Ra-Deg alias Michel

lundi 17 octobre 2011

Prémisses de la campagne

Décembre 3199

Durant l'hiver 3199, l’Étoile du Soleil Noir est apparu dans le ciel. De nombreux érudits affirmèrent qu'il s'agissait d'un sombre présage. La population du hameau de la Tour, s'est encore plus recroquevillée sur elle-même.

Bien que proche d'un milieu de magicien, le hameau de la Tour n'est pas épargné du taux relativement élevé de mort infantile que connait l'ensemble du territoire de Ronce-Noire. Donc, rien de particulier, sinon que récemment, un corps d'un malheureux nouveau né fut exhumé et enlevé la nuit qui suivit son enterrement. Ce vandalisme, qui date de quelques jours, reste un mystère. Ce fut le seul cas répertorié, du moins au hameau, qui depuis ne s'est pas reproduit. Sans doute que la décision d'Adrakal de confier la surveillance du cimetière aux gardes d'Isolda a calmé les ardeurs des mystérieux vandales.

Isolda était penchée sur le corps sans vie, résultat d'une rixe de la nuit précédente. Beau mec le macchabée; elle le connaissait; Coco Bel-œil, un blondinet aux yeux bleus, enfin à l’œil bleu. La vie de trafiquant vous prive parfois de quelques organes, et dans les cas extrêmes, de la vie. Donc, pas une grande perte, voire un soulagement. Son esprit s'égara dans une pensée philosophique sur l'esprit humain que même le meilleur des magiciens ne pouvait juguler. De la fripouille, il en restera toujours. Et donc des personnes de sa trempe, il en faudra toujours. Après cette brève conclusion flattant son égo, elle revint à la réalité de la situation. Le meurtre sentait le règlement de compte. Ce qui signifiait que l'assassin, quelques témoins discrets parlaient d'un duel entre deux individus, devait avoir sa tête mise à prix dans le milieu secret des hors la loi du hameau. Il ne tardera donc, si ce n'est déjà fait, à quitter les lieux. Et, nous voilà avec deux malfaisants de moins sur les bras. Bonne nouvelle non ? Certes, celui qui a tué une fois, à tendance à récidiver. Hé bien, qu'il récidive ailleurs, et ce sera alors le problème de ceux d'ailleurs. Isolda donna ses instructions aux gardes qui l'accompagnaient dont la priorité consistait à retirer le corps pour l'enterrer dans la fosse commune. Instruction qu'il lui rappelait cette histoire de vol d'un corps de nouveau né à élucider. Et, pour cette affaire, elle ne possédait aucune piste.

Isolda est une femme dangereuse !



Fin décembre, la mage Adrakal s'est absenté pour plusieurs semaines avec son premier assistant, Scelzik Neraux. La tour a été confiée à la garde de l'intendant Erol Trumm, tandis que le hameau fut placé sous l'autorité de Korsus, l'autre assistant.

Janvier 3200

Quelques jours après le changement d'années, un certain nombre de jeunes du hameau reçurent la visite d'un serviteur leur demandant de se rendre en fin de journée à la tour. La demande émanait du mage Korsus et le ton de la missive ne laissait pas la place à une réponse négative. En discutant entre eux dans la journée les jeunes convoqués se rendirent compte qu'ils avaient un point commun : tous avaient à un moment ou à un autre, travaillé dans les champs du Vieux Roberts comme homme de peine ou serviteur. Ils avaient partagé, la même sueur chaude et sale de l'été et ils avaient grelotté sous les mêmes tenues élimées l'hiver venu. La récolte de cette année s'est terminée comme tous les autres en travaillant dur cet automne. Le Vieux Roberts était trop vieux pour s'occuper de ces champs et le hameau considérait qu'il était essentiel d'assurer la récolte des terres fertiles de Roberts. C'est ainsi que plusieurs jeunes du hameau avaient été réquisitionnés.

En arrivant devant la tour, les jeunes trouvèrent le mage Korsus devant la porte emmitouflé dans une épais manteau fourré. Pour une fois il portait des gants à ces deux mains.

- Le Vieux Roberts se meure. Comme dernière volonté il a demandé à réunir ceux qui avaient travaillé pour lui cet année. Vous voici donc réunit devant moi et nous allons nous rendre à son chevet.

Korsus fendit la foule de jeunes gens transis de froid et pris la tête de groupe en marchant d'un pas rapide vers la ferme de Roberts à quelques centaines de mètres de la tour. Son bâton s'illumina pour éclairer la route.

Le groupe fut accueillit par deux jeunes qui étaient resté au service du vieil homme. A pas lents et en silence, ils accédèrent à la chambre du mourant en se serrant. La chambre était sombre, les respirations rauques et saccadées du mourant accroissant l'aspect oppressant du lieu. Au bout de quelques secondes, il prit conscience de la présence des jeunes gens. En prenant son souffle, Roberts réussit à s'assoir dans son lit qui se trouvait sous une fenêtre où il pouvait contempler les étoiles.

Le Vieux Roberts parla d'une voix étonnamment forte. Il évoqua une constellation qui n'avait pas été vu depuis qu'il était un jeune garçon. La dernière fois que l'Etoile Vide s'était levée dans le ciel, il était plus jeune de cinquante hivers. Sous la lumière de cette étoile étrange un portail s'était ouvert sur un monticule de pierres anciennes. Il avait vu là-bas et bijoux, fines lances d'acier et armures émaillées, mais il a couru quand les hommes de fer l'avaient attaqué. Maintenant il était vieux et allait et mourir sans avoir saisi sa chance et vivre une vie d'aventure. L'étoile vide s'était levé une fois de plus et un jeune homme courageux pourrait devenir plus qu'un autre paysan - si seulement il pouvait saisir prendre sa chance.

Le vieil homme retomba brutalement sur son lit, épuisé. Le mage Korsus fit sortir tout le monde de la chambre. Tous se tenaient dans la pièce principale, pensifs. Puis le silence fit place à un brouhaha lorsque tout le monde voulut s'exprimer.

... la suite vendredi 21 octobre

mercredi 12 octobre 2011

Le bois de Ronce-Noire (Blackbriar)

Le bois de Ronce-Noire (Blackbriar) est situé dans la partie nord-ouest de l'empire de Crieste, au sud du royaume de Kalia (un royaume de marins reconnnu pour ses bals masqués et ses fêtes spectaculaires).  Le lieu offre parmi les plus belles vues des Terres du Nord avec ses vallées inondées de soleil et ses cascades miroitantes. Une petite communauté d'elfes vivent au cœur du bois.  Ces elfes sont d'une nature joyeuse et paisible mais ils sont connus comme étant de redoutables guerriers qui servent dans les armées de l'empire, notamment dans les colonies au-delà des mers. On dit aussi que ces elfes ont tissé des liens étroits avec les mages de Kassantia où se tient le palais d'hiver de la cour impériale. De nombreuses créatures bonnes comme des pégases ou des licornes vivent tranquilles à Ronce-Noire. Le bois est aussi connu pour sa production de vin rubis, un breuvage très populaire chez les barons. C'est pourquoi il n'est pas rare de croiser d'étranges chariots remplis de jarres scellées à la cire. Il existe juste un endroit où les elfes interdisent à quiconque de pénétrer, le Val-Ancien (Vale Elder). Certains prétendent qu'au cœur du val se trouve un puisard qui irradie un froid intense.

C'est dans la partie sud-est de Ronce-Noire que vit le mage Adrakal. Lorsqu'il annonça il y a plusieurs dizaines d'années, qu'il souhaitait restaurer une veille tour qui se dressait à la lisère de la forêt, les autorités locales considèrent qu'il s'agissait d'une perte de temps et d'argent mais qu'au final cela pouvait amener des revenus supplémentaires à la région. Cette veille tour était la demeure d'un vieux magicien excentrique nommé Nymoren qui avait choisit de construire sa tour sur les ruines d'une antique civilisation. Le vieux mage avait dépenser une fortune en construction et il avait eut par la suite d'énormes difficultés à l'entretenir, si bien qu'à sa mort, la tour étant en piteux état. Elle fut abandonnée. Pour son projet, Adrakal attira a lui de nombreux corps de métier et en quelques années la tour fut restaurée. De nombreuses personnes décidèrent de rester, le lieu devenant une attraction et aussi un centre de commerce et d’artisanat. Le campement provisoire se transforma petit à petit en un véritable hameau. Un petit bout de la forêt fut déchiffrée sans que les elfes n'interviennent, pour y faire pousser de quoi nourrir tout le monde.

Le mage Adrakal est un homme de grande taille, athlétique et d'un age incertain. Il ne ressemble que très peu à l'image populaire du magicien en robe à barbe blanche. Il porte ses cheveux très court et arbore en général une barbe de 3 jours.  Il est d'un abord sévère pour ceux qui ne le connaisse pas mais il sait se montrer amical lorsque c'est nécessaire. Outre ses serviteurs directs, ceux qui travaillent pour lui et pour le hameau (connu sous le nom du hameau de la tour), il entretient quelques gardes dirigées par une ancienne aventurière nommé Isolda. En plus des apprentis mages qui viennent régulièrement à la tour pour progresser en magie, Adrakal est entouré de deux assistants : le mage Scelzik Neraux, un homme corpulent et volubile et le mage Korsus, un homme discret portant toujours un gant à la main droite. Lorsque le mage s’absente, l'autorité est confié à l'intendant Erol Trumm, un vieil homme encore très actif.

Les personnages sont les serviteurs d'Adrakal, soit parce que leurs parents ont participé à la restauration de la tour et sont restés au service du mage une fois l'ouvrage terminé soit parce qu'attiré par le lieu, la personnalité du mage ou la potentialité de l'endroit, ils sont rentré directement ou indirectement au service du mage.  

samedi 8 octobre 2011

De mystérieux dés sous surveillance


Pour ma prochaine campagne qui sera avec DCCRPG, j'ai du invoquer de mystérieux dés qui se retrouvent sous la coupe du mystérieux Cthulhu (tout est très mystérieux).

mardi 4 octobre 2011

L'Empire de Crieste

L'Empire de Crieste s'est construit sur les ruines de l'Empire Nimorien. Il est la plus ancienne des nations de l'ouest et encore la plus puissante même de nos jours voyager entre les villes est rarement entrepris sans escorte. Cette absence de sécurité est le résultat de 300 ans d’interrègne et des luttes internes qui en ont résulté. Et que dire de la sécession de la Province du Sud après la disparition de l'empereur Oststad. Les barons ont fini par mettre sur le Trône du Crâne-dragon un enfant âgé à ce jour de 10 ans. L’empereur-Enfant est sous la supervision du vizir Dame Mortianna jusqu'à son 15ème anniversaire mais il peut bénéficier du soutien inconditionnel du Capitaine Sentri, le Maitre de la Marche de Sable et général des 7 armées qui doit s'assurer que l'Empereur-Enfant reste en vie jusqu'au Rite d'Ascension. La rumeur populaire avance que les mages masqués de l'Ordo Arcana rencontrent parfois Sentri.

Malgré tout ces heurs, l'empire s'efforce de maintenir son réseau commercial. Il entretient avec les nains des accords profitables. En revanche les relations avec les Seigneurs Fées sont plus  froides à cause des conflits entre les forestiers humains et les elfes. Plus loin au sud-ouest, les colonies de l'empire établies dans les Terres du Sud continuent à payer leur tribu à l'empire.

L'Empire de Crieste et la Province du Sud prétendent tous deux au Trône du Crâne-dragon et les rejetons des deux nations proclament être le vrai Fils du Ciel. Tant que les deux empereurs se battront pour le même trône, les royaumes périphériques continueront à exercer leur autonomie et deviendrons de plus en plus forts au au fil des saisons.
L'empire reconnaît près d'un millier de localités, allant de petits hameaux aux plus grandes villes. Les mégalopoles d'Archbridge au nord et Kassantia au sud se partagent au fil des saisons le rôle de capitale impériale. Les villes de moyennes importances se sont spécialisées comme Blihai qui sert de base navale, Dhavosin qui est un véritable carrefour commercial, Les Tombes une ile-prison, Tarrasine le plus grand port de l'empire sur la mer Lirean, Vaquera spécialisée dans l'élevage de chevaux ou encore la riche Vernaut célèbre pour ses artisans.

Crieste détient des colonies dans les lointaines Terres du Sud au delà de l'océan Empyrean  dirigées par le vice roi Raylen Durand. En plus de ces colonies lointaines, l'Empire de Crieste a établit une colonie précaire sur l'Ile de Nos Caen mais doit combattre des barbares arriérés mais particulièrement sanguinaires.