vendredi 2 novembre 2012

Blood & Treasure

A l'occasion de la sortie de la version complète de Blood & Treasure qui regroupe le Players Tome et le Treasure Keepers Tome, j'avais envie de parler de cet énième clone qui me semble sortir du lot de toutes ces déclinaisons issues de l'OSR (Old School Renaissance).

John M. Stater est connu comme éditeur du magasine bimestriel NOD dédié aux jeux old school comme Swords and Wizardry et auteur de la série Hex Crawl Chronicles. John est donc un favorable au retrogaming mais les clones un peu trop sectaires et puristes ne lui suffisaient pas. Il a donc décidé de créer son propre clone mixant la simplicité du Basic, la profondeur de jeu d'AD&D (comme la séparation des races et des classes) et l'harmonisation du moteur de jeu amené par le System Reference Document (d20) mais en le simplifiant et en évacuant tout ce qui lui semblait superflus (comme les Dons qui optionnels et réduits en nombre). Le résultat, Blood & Treasure, est un objet original assez loin des clones orthodoxes ou sectaires.

Histoire de bien informer les lecteurs, le jeu indique par l'intermédiaire d'une signalétique sous la forme d'une lettre si tel ou tel point de règles (races, classes, sorts, monstres) est tiré de la version classique (par défaut, pas de lettre), avancé (A) ou d20 (E). L'idée est qu'un joueur qui veut exclure une période de jeu qui ne lui convient pas, peut le faire aisément. Par exemple pour les races on trouve les humains, elfes, nains et halfelins (version Classic) mais aussi les gnomes, demi-elfes et demi-orques de la période A. Idem pour les classes avec le guerrier, le voleur, le mage et le clerc de la période Classic, l'assassin, le barbare, le barde, le druide, le moine, le paladin et le rôdeur de la période A et enfin l'ensorceleur et le duelliste de la période E. Chaque classe dispose de sa variante qui permet d'accroître le nombre de possibilités pour les joueurs ou de coller à un cadre de jeu particulier : le dervish est une variante du rôdeur, l'antipaladin une variante du paladin, le ninja une variante du moine et ainsi de suite.

Un des points forts du jeu est d'utilise les jets de sauvegarde (Volonté, Vigueur, Réflexes) pour gérer les compétences, activités communes ou les actions héroiques. Un personnage incompétent doit égaliser ou dépasser 18 avec 1d20, un personnage qui possède une capacité spéciale (knack) comme un elfe avec les portes secrètes doit obtenir ou dépasser 15 et au final un joueur possédant une compétence (donnée par sa classe) doit réussir un obtenir ou dépasser le jet de sauvegarde de sa classe (qui augmente avec le niveau). Au d20 on ajoute le bonus de la caractéristique afférente.
 
Parmi la galaxie de clones qui ne font que copier les règles originales (ou se copier les uns les autres), au final des jeux novateurs ne sont pas si nombreux. Blood & Treasure fait parti des jeux qui puisent dans l'Old School Renaissance tout en apportant une touche personnelle comme DCCRPG ou Adventurer Conqueror King System.




Un jeu qui propose comme classe additionnelle la She-Devil ne peut pas être totalement mauvais.

Aucun commentaire: