mardi 25 octobre 2016

Vol au musée (partie 2)

Journal de Gidéon Enrert, Conservateur du Musée de l’Éternité d'Aldunn

Jeudi, début du printemps
Mon équipe a réussi à rouvrir le musée. Hier matin, à ma demande, ils sont rentrés illégalement dans les égouts grâce à la carte trouvée dans le repères des Vipères Noires.
Comme par miracle, Razmir, le Premier Apprenti du Haut-mage Valdryss Main-Gantée a déboulé juste avant qu’ils ne descendent  dans les égouts par un escalier de service. Ce gnome qui cultive une drôle d’allure, était accompagné par un dénommé Torque, truand notoire qui devait les accompagner pour « protéger » mon équipe. Je ne sais pas comment le Haut-mage a eu  vent de ma petite expédition, la magie probablement, mais me voilà dans de beaux draps : le Conseil d’Argent est maintenant au courant de mes petits problèmes. Je vais devoir jouer finement si je  veux garder ma place. 


 Mon équipe s’est faufilée dans les égouts en négociant avec un ratidé et sa bande qui ont bien ri lorsqu’un membre est tombé dans un piège. Puis les membres de l’équipe sont arrivés à un collecteur où le groupe a affronté deux scolopendres siffleurs géants (ils sont utiles pour se débarrasser des rats). Fait étrange, l’équipe a affronté une scolopendre gigantesque dont la description me fait penser à une stégoscolopendre, une bête qui ne vit pas sur notre monde et qui, aux dires des membres de l’équipe, serait arrivé par un portail situé au fond d’une zone plus profonde. Il est probable que la magie libérée par la deuxième effraction des Vipères Noires ait provoqué la réactivation de ce passage magique.


Les Vipères Noires avaient défoncé un mur du collecteur et révélé un tunnel oublié. Il s’agit peut-être d’un ancien tunnel de service qui doit mener vers une autre zone d’égouts à moins qu’il n’ait une autre fonction car il semblait dater de l’époque où les nains étaient aux commandes de la cité. Il est de notoriété publique qu’il existe un réseau secret de passages sous la ville. Après avoir marché plusieurs centaines de mètres dans le tunnel, l’équipe est tombée sur pièce rectangulaire. Sous un éboulis, se trouvaient le cadavre vivant probablement d’un ancien mineur qui creusait ces galeries. Une fois de plus, la magie résultant du second casse a probablement causé sa « résurrection ». Ce cadavre semblait  coriace et au final se reconstituait toujours. Il est hors de question qu’elle telle chose soit aussi près de mon musée. J’ai donc pris mes dispositions pour que la menace soit éradiquée une fois pour toute. Cela m’a couté très cher mais la sécurité des citoyens est primordiale.


En continuant, l’équipe est arrivée à une petite pièce qui était un cul-de-sac. Une échelle constituée de barreaux de fer permettait d’accéder à une trappe au plafond. Sans trop faire attention, le groupe a déclenché un piège de calcination alors qu’ils passaient par la trappe. Ils ont fini par déboucher dans l’entrepôt et atelier de mon musée par une trappe que je ne connaissais pas et en plus elle avait été défoncé depuis l’intérieur par les voleurs qui s’étaient retrouvés piégés à l’intérieur du musée lors de leur seconde effraction. Incroyable ! Cela va me coûter très cher en réparation et en protection car l’idée que le bâtiment (une ancienne demeure naine) soit connecté au réseau souterrain me déplaît fortement. Que fera le Conseil d’Argent par rapport à ce réseau ?

Dans mon atelier, l’équipe a détruit un manteau et une armure, tous deux d’origine féérique que j’avais acquis pour les restaurer mais qui se sont animés en leur présence. Je passe l’éponge et je ne les facturerai pas.


Dans le hall d’exhibition, l’équipe a trouvé le sarcophage entre-ouvert, le corps des quatre gardes en train de se transformer en ectoplasme. Les panneaux de bois qui servaient d’estrade pour le sarcophage étaient par terre, révélant un autel en pierre sur lequel le sarcophage était enchâssé. L’équipe a fini par replacer le rubis qu’elle avait trouvé par terre dans l’atelier sur le sarcophage et par magie le musée fut à nouveau accessible. Le froid glacial et les ténèbres qui régnaient en maître avaient disparu. Pour arriver à leurs fins, le groupe a dû affronter un gros ectoplasme qui se cachait dans le sarcophage et qui avait au préalable fait fuir les voleurs lors du second casse.


De ce que j’ai compris, les voleurs avaient pénétré une première fois dans mon musée par la trappe qui était magique (et donc parfaitement dissimulée) mais aussi piégé (par les anciens propriétaires ?) mais mécontent de n’avoir volé que le cristal, ils étaient revenus de leur propre chef et avaient voulu dérober le gros rubis du sarcophage ce qui avait libéré l’ectoplasme et provoquer le scellement du musée. Pourquoi un tel dispositif ? Quelle est la fonction de l’autel en pierre ? Tout cela me semble fort étrange et je ne sais pas si je dois continuer à exposer une telle pièce même après avoir remis les panneaux de bois.

J’ai reçu une lettre me convoquant, moi et mon équipe, à une entrevue avec le Haut-mage en sa demeure dans trois jours. Mon temps comme conservateur est peut-être compté.

Dépenses : prime de 500 pièces d’or versée. Promesse de 500 pièces d’or supplémentaires pour me rapporter le cristal. Je suis en train d’évaluer les coûts de réparation et les pertes, c’est vertigineux.

Le Livre Noir

Objet merveilleux, artefact mineur (nécessite un lien)

Le Livre Noir est un lourd grimoire relié en cuir et fermé par des attaches métalliques. Les pages du grimoire sont reliés par un cuir épais (il a visiblement près de 1000 pages) et très sombre qui semble ne pas avoir d’âge. Le cuir de la couverture est gravé de dessins et de signes qui provoquent un sentiment de malaise. En ouvrant le livre, on se rend compte que ses précédents possesseurs ont apposés leur marque et laissés des notes sur certaines pages. D’autres pages sont blanches et vierge de tout signe.

En parcourant rapidement le Livre Noir, un lecteur érudit ou lanceur de sorts, se rend compte qu’il contient des sortilèges de différentes natures ainsi des informations cryptiques et occultes et que  surtout il va falloir des heures et des heures de lecture assidue pour décrypter le contenu.

Un test D’INTELLIGENCE (ARCANES) DD 16, procure quelques informations supplémentaires sur le Livre Noir. Certaines peuvent être fausses ou dénaturées :
  • La rumeur veut que le Livre Noir soit vivant et possède une conscience et un but qui lui sont propres. On dit qu’il existe depuis la nuit des temps. En général, il aide son porteur à survivre en lui procurant des informations cruciales au bon moment.
  • Il existe plusieurs copies du même ouvrage mais leur contenu peut diverger. Détruire une copie ne sert à rien car son contenu est transféré vers une autre copie. Seul le livre original serait le véritable Livre Noir.
  • Un esprit puissant peut réarranger les pages du Livre Noir. Un magicien peut l’utiliser comme grimoire pour ses sorts.
  • Lire le Livre Noir peut rendre fou mais le consulter permet d’avoir des connaissances sur des choses étranges et merveilleuses mais parfois indicibles et innommables
  • Tout individu audacieux, peut lancer un sort depuis le livre. Il faut plusieurs heures pour le faire et cela nécessite aussi des sacrifices.
  • Le Livre est connu pour permettre l’invocation de certaines créatures puissantes mais peu malléables.
  • Chaque Livre Noir possède des propriétés qui lui sont propres.

Session 2 du 21 octobre 2016.

Aucun commentaire: