dimanche 29 octobre 2017

Darkest Dungeon Limited Edition Diorama


Etant fan de l'univers graphique du jeu vidéo Darkest Dungeon, j'ai acheté l'édition limitée du diorama composée de silhouettes de héros, de monstres et d'éléments de décors (coffres, tombeau, ...).


Je ne sais pas encore ce que je vais en faire (comme une adaptation à D&D 5e, Index Card RPG ou à Relicblade, un jeu de figurines) mais pour l'instant, je joue avec mes petites silhouettes de cartons peintes comme un gosse.

L'adaptation devra prendre en compte un élément essentiel du gameplay : le stress que ressente les héros lors de la phase d'exploration et qui augmente selon des événements effrayant comme les certaines attaques des ennemis, les pièges déclenchés, des états provoqués par une sombre magie. Dès lors que le stress atteint son maximum, le PJ se voit infligé une affliction qui impact son comportement. Les règles de sanity et de madness présentes dans le DMG de D&D 5e devraient permettre de simuler le stress sans difficultés. Il semble aussi nécessaire de gérer à fond les règles de luminosité et de prendre les options gritty proposées par le DMG. Les héros et monstres peuvent aussi être équipés d'armes à poudre noir.

A noter qu'il existe déjà des adaptations aux jeux de rôle. J'ai trouvé une référence à Dragon Age et le Crusader pour Index Card RPG, mais le plus complet est le Adventurer Builds for Lamentations of the Flame Princess.

Il existe 16 classes différentes de héros : Abomination, Antiquaire (Antiquarian), Arbalétrier (Arbalest), Chasseur de primes (Bounty Hunter), Croisé (Crusader), Flagellant, Pilleur de tombes (Grave Robber), Furie (Hellion), Bandit  de grands chemins (Highwayman), Maître chien (Houndmaster), Bouffon (Jester), Lépreux (Leper), Maître d'armes (Man-at-arm), Occultiste (Occultist), , Docteur Pesteux (Plague Doctor) et Vestale (Vestal). On pourrait aussi se dire qu'au regard des classes, des jeux comme ZWEIHÄNDER Grim & Perilous RPG ou Brigandyne devraient totalement convenir.

On peut en savoir plus sur l'univers de Darkest Dungeon en allant sur le wiki.

mercredi 18 octobre 2017

Index Card RPG : "La forme, c'est le fond qui remonte à la surface"

Dans Les Contemplations, Victor Hugo exprime avec talent ce que je pense sur la manière de produire un jeu de rôle. C''est donc avec ravissement que j'ai découvert Index Card RPG de Runehammer Games

Cet énième déclinaison de D&D se distingue de la hordes de clones par une approche travaillée et une mise en page qui propose un angle d'attaque qui me plait beaucoup.

Du point de vue des règles, ICRPG reprend le principe du modificateur sans score pour les attributs mais innove. Par exemple, il n'y a pas de niveau ou PX : en progressant dans le jeu, les personnages vont accroître leur capacités grâce au Butin (Loot) récupéré; les PV sont symbolisés par des Cœurs qui symbolise 10 PV. 

Pour réussir le joueur lance 1d20 + Attribut et doit atteindre ou dépasser un niveau de difficulté qui est fixé par le MJ et unique pour chaque séquence de jeu et non par action entreprise. Là intervient la notion d'Effort : vous lancez un d4, d6, d8 ou d12 pour représenter les effets du tests. Par exemple pour un combat, 1d4 pour une frappe à mains nues, 1d6 pour une arme, 1d8 pour la magie et 1d12 supplémentaire pour une réussite critique. Le résultat final sera ajusté par le Butin. Rien d'original me direz-vous, si ce n'est que le même principe peut s'appliquer à toute sorte d'activité comme par exemple, un coffre qui ne s'ouvrira qu'après lui avoir occasionné une certaine une valeur cumulative d'Effort. Idem pour un mur abrupte à escalader ou une énigme à résoudre.

Pourquoi le jeu s'appelle Index Card RPG, me direz vous ? parce que le jeu utilise toute sorte de carte de grand format pour représenter des plans de donjons, des lieux, des PJ, des PNJ et des créatures.

Il y aurait encore plein de choses à dire sur le jeu, et pour ceux qui veulent en savoir plus, peuvent aller sur le site des Livres de l'Ours.